Le christianisme mondial en 2024

Wouah ! Vous allez aimer les chiffres… il le faut ! Ils vous racontent que la persécution n’arrête pas l’Église, au contraire !, que l’athéisme décline et qu’il existe un nombre de dénominations chrétiennes que vous ne devinerez jamais ! tout cela parce que le rapport annuel sur le christianisme dans le monde est sorti ! C’est parti, immersion au royaume des chiffres qui parlent de la gloire de Dieu !

Comme chaque année, le Centre for the Study of Global Christianity (Gordon-Conwell) a publié son résumé en une page (!) des statistiques relatives au christianisme mondial en 2024. Ces données contiennent des informations remarquables pour ceux qui ont la curiosité bien placée, les yeux pour voir et quelques minutes devant eux.

Une croissance mondiale et parfois rapide

Le christianisme mondial grandit de manière incroyable, au-delà des projections. Il surpasse le taux de croissance démographique. La population chrétienne devrait atteindre 2,63 milliards d’adeptes, avec une croissance de 1,08 %, et dépasser les 3 milliards d’ici 2050 (ligne 10). Les groupes chrétiens qui croissent le plus rapidement sont les protestants, les indépendants, les évangéliques et les pentecôtistes/charismatiques.

La majorité des croyants se trouvent dans les Pays du Sud, englobant principalement l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, malgré la persécution religieuse intense dans ces régions.

La croissance en Afrique est spectaculaire, passant de moins de 10 millions de chrétiens au début du 20ᵉ siècle à 734 millions, avec un taux de croissance de 2,64 % (ligne 37). D’ici 2050, l’Afrique devrait abriter plus de chrétiens que l’Asie et l’Amérique latine réunies !

En revanche, le Nord abrite 836 millions de chrétiens contre 1,8 milliard dans les Pays du Sud. À ce rythme, d’ici 2050, le Nord abritera 100 millions de chrétiens en moins et le Sud contiendra 2,6 milliards de chrétiens ! À ce sujet, si vous ne l’avez pas encore lu, voici une vidéo montrant la croissance de la population chrétienne par continent, sur une durée de 200 ans, avec des projections qui font froid dans le dos.

L’Église grandit le plus là où elle se trouve le plus persécutée.

La démographie religieuse, mais…

C’est ce qu’il y a de bon dans ce genre de rapports : il nous ouvre à d’autres réalités, ils élargissent notre vision. Par exemple, si je parle avec mes compatriotes, j’aurai l’impression que l’athéisme gagne du terrain. Eh bien non ! D’un point de vue mondial, on en est loin. La population mondiale d’athées a diminué pour atteindre environ 146 millions après un pic autour de 165 millions en 1970 (ligne 21).

Bon, il faut dire qu’il faut vraiment s’accrocher pour adhérer à la “croyance” de l’athéisme et la mettre en pratique au quotidien. L’agnosticisme, alors, plus abordable ? Les agnostiques augmentent légèrement pour atteindre environ 756 millions cette année, mais devraient commencer à décliner (ligne 20).

Le nombre d’Églises dans le monde devrait atteindre 4,2 millions cette année et augmenter à 5,4 millions d’ici 2050. Le nombre de missionnaires devrait passer de 445 000 cette année à 600 000 d’ici 2050 (ligne 44).

L’athéisme décline, les Églises se multiplient et envoient plus de missionnaires.

Un monde plus religieux, mais plus cloisonné

Contrairement aux prédictions des athées universitaires, le monde devient de plus en plus religieux. Dans une analyse précédente, les auteurs de ce rapport ont souligné un fait qui reste pertinent pour nous aujourd’hui :

Les chrétiens ont des contacts personnels insuffisants avec les personnes d’autres religions. D’une manière générale, les bouddhistes, les hindous et les musulmans ont relativement peu de contacts avec les chrétiens dans le monde […]. On estime que 87% des bouddhistes, hindous et musulmans ne connaissent pas personnellement un chrétien.

Analyse du rapport 2022

Combien de dénominations chrétiennes dans le monde, à votre avis ?

C’est fou, on y lit – à la ligne 31 – qu’il existe à ce jour plus de 47 000 dénominations chrétiennes ! Ça relativise quand même pas mal nos prétentions à détenir LA meilleure interprétation globale de toute la Bible. Bien sûr, beaucoup se ressemblent et s’associent entre elles (on pense par exemple à l’alliance entre baptistes et presbytériens, appelée The Gospel Coalition – ou Evangile 21 en français). Et il faut compter que le catholicisme se ramifie en d’innombrables banches, soit du côté latin, soit du côté des Églises orientales. Et les sectes, aussi.

Il n’en reste pas moins que ce nombre stupéfiant devrait nous faire prendre conscience qu’il existe une foule de façons d’adorer Dieu. Je ne dis pas que toutes sont agréées par lui, car Dieu a fourni des critères dans son Livre, mais il n’empêche que nous devrions donner un peu plus de libertés aux “autres” chrétiens. Croire à un cœur non négociable de l’Évangile ne devrait pas pour autant réduire toutes les cultures à une liturgie uniforme.

On peut croire dans le salut en Christ seule et exprimer sa louange de manière diverses. De manière propre à sa culture. Même une confession de foi “fidèle” au cœur de l’Évangile pourrait trouver d’autres formulations que la Confession de Dortrecht.

Il y a quelques années, je me suis amusé à mixer quelques chants chrétiens venus de plusieurs cultures (l’avant-dernière pourrait vous surprendre) :

Il existe à ce jour plus de 47 000 dénominations chrétiennes… et ce n’est pas fini !

Voici un article pour élargir notre vision de l’adoration dans le monde (en anglais).

Et bien d’autres faits à connaître

  • La population urbaine croît inexorablement. Le prochain défi sera celui des grandes villes (notre cours “Perspectives sur le mouvement chrétien mondial” aborde ce sujet crucial).
  • De plus, le nombre d’Églises a décuplé au cours du siècle dernier et le nombre de langues avec des traductions du Nouveau Testament devrait augmenter.
  • En 1900, 5,3 % de la population seulement connaissait un chrétien dans son entourage. Aujourd’hui, ils sont 18,5 % (je vous renvoie à la statistique mentionnée en citation plus haut).

Des leçons à retenir ?

Selon le rapport 2022, les chrétiens sont confrontés à trois défis relationnels majeurs dans le contexte religieux mondial actuel.

  1. Ils doivent relever le défi inter-confessionnel de bien s’entendre avec les chrétiens d’autres traditions, compte tenu des dizaines de milliers de dénominations dans le monde.
  2. Les chrétiens doivent également surmonter le défi inter-religieux dans le but de nouer de bonnes relations avec les personnes d’autres religions et les non-religieux, dans un monde où les croyances et attitudes religieuses prennent de l’ampleur.
  3. Enfin, ils doivent relever le défi de l’humanité commune, où les chrétiens doivent cultiver des relations respectueuses avec tous, sans les conditionner à leurs convictions religieuses, mais manifestant ainsi la bonté de Dieu sur les bons et sur les méchants. ? À quoi ressemble une communauté solidaire avec son milieu, avec son temps, sans renoncer à ses croyances fondamentales ?

Vous pouvez développer ce thème ici :

Ce rapport contient bien d’autres pépites, concernant les traductions des Écritures, la mission et l’argent, etc. Je vous laisse consulter ce résumé pour vous-mêmes. Vous pouvez consulter leur site ici.

Faites-moi part de vos trouvailles en commentaire !

2 réflexions au sujet de “Le christianisme mondial en 2024”

Laisser un commentaire